• Hortense

Pourquoi je mange mes émotions

Nous sommes très nombreux à être peu enclin à vivre nos émotions, nous nous les représentons comme quelque chose de terrible qui nous tombe dessus sans crier gare et qui nous condamne à de la souffrance.


Nous nous efforçons de ressentir le moins possible d’émotions désagréables car nous ne savons pas les gérer et que nous n’en voulons pas dans nos vies.


Et si ces émotions étaient utiles, si elles étaient la clé pour être heureux, pour grandir, pour perdre du poids ??


1- Les émotions


1a- Qu’est-ce qu’une émotion


Une émotion est une réaction du corps provoquée par un stimulus extérieur. Le stimulus entraine un déséquilibre à l’intérieur de notre corps et cette dernière déclenche tout un tas de réactions pour revenir à l’équilibre.


Une émotion a donc 3 phases :

  • Une phase de charge (l’arrivée d’un stimulus extérieur)

  • Une phase de tension (le corps qui se met en branle pour mobiliser son énergie pour faire face à la situation)

  • Une phase de décharge (la réponse du corps, l’évacuation de l’émotion pour revenir à l’équilibre)


Tout cet enchaînement est très court et une émotion ne dure réellement que quelques minutes (nous avons 4 à 6 émotions principales).


1b- Dédramatiser les émotions


Donc une émotion est courte et il s’agit juste d’une sensation. J’ai envie d’insister sur cette dernière phrase, il s’agit JUSTE d’une sensation, rien de plus. Une sensation c’est donc quelque chose que l’on ressent dans le corps et aussi désagréable que cela puisse être, c’est simplement une sensation.


Une sensation n’a jamais tué personne.


C’est important d’insister là-dessus car souvent l’on s’imagine que si l’on ressent telle ou telle émotion, on ne survivra pas, littéralement. « S’il me quitte, je ne m’en remettrai jamais » tellement nous craignons de ressentir la tristesse ou la douleur associée.



Bien sûr ça n’est pas souhaitable et ça n’est pas ce que l’on veut mais c’est aussi important de se rappeler qu’aucune émotion ne peut nous tuer et qu’il s’agit juste d’une sensation.


1c- Le but de nos émotions


Nos émotions ne sont pas là uniquement pour nous faire ressentir une sensation agréable ou désagréable. La nature est bien faite et donc les émotions ont un but, un rôle.


Le rôle de nos émotions c’est de nous faire passer un message, elles sont les garantes de notre alignement avec notre vie et nos valeurs.


Nos émotions vont nous montrer lorsque quelqu’un dépasse nos limites (ce qui nous indique quelles sont nos limites), les situations qui nous rendent tristes ou heureux (et du coup, nous pouvons en apprendre plus sur nous-mêmes et ce qui est ok ou non pour nous).


2- Les émotions sont inoffensives


2a- Nous sommes des êtres d’émotions


Il n’est pas possible de ne pas ressentir d’émotions, nous ressentons des émotions en permanence, même lorsque nous n’en avons pas conscience, cela fait partie de notre nature humaine.


Nous ne pouvons pas ne pas ressentir d’émotions.


2b- Les émotions sont notre moteur


Nous passons donc notre temps à ressentir des émotions.


Et ces émotions viennent diriger nos actions, lorsque nous sommes tristes nous n’agissons pas de la même manière que lorsque nous sommes heureux, ça paraît évident dis comme cela mais nous avons parfois du mal à prendre conscience du rôle crucial de nos émotions dans notre passage à l’action.


Nous allons donc passer (inconsciemment) le plus clair de notre temps à tenter de ressentir des émotions agréables en reproduisant des situations dans lesquelles on se sent bien et à éviter de ressentir des émotions désagréables en fuyant les situations qui les génèrent.



2c- Nous sommes libres


Lorsque l’on vit en pilote automatique sans mettre de la conscience dans ce que l’on pense, ressent, fait, nous oublions que nous avons le choix et que nous pouvons choisir nos émotions.


Car avant l’émotion et après la circonstance, il y a la pensée et nos pensées sont optionnelles !


Nous avons peur de nos émotions car nous oublions que nous avons le choix et que les émotions ne sont donc pas quelque chose qui nous arrive et dont nous sommes les victimes.


3- Nous avons le pouvoir


3a- Les pensées


Nos émotions sont donc la conséquence de nos pensées et nos pensées sont en notre pouvoir.


Bien sûr cela ne se fait pas en une nuit mais c’est un travail que l’on peut entreprendre et qui est à la portée de tous.


Dans notre cerveau, les pensées sont comme des routes, il y a celles que l’on emprunte souvent, la route est tracée et le cerveau (qui cherche la facilité) va évidemment choisir ce chemin-là de préférence.


Mais nous pouvons construire de nouvelles routes avec de nouvelles pensées.

Evidemment le cerveau va avoir tendance à vouloir aller vers la route habituelle mais plus l’on va l’emmener vers une nouvelle route, une nouvelle pensée, plus on va renforcer cette pensée et donc créer l’émotion que l’on désire grâce à cette pensée.


3b- Choisir l’inconfort


Soyons honnêtes, ressentir une émotion désagréable est inconfortable.


Que faisons-nous pour éviter de ressentir des émotions désagréables ? Nous fumons, nous buvons, nous mangeons, nous regardons Netflix pendant des heures…


Les résultats de ces comportements d’évitement sont une prise de poids, des heures à ne pas avancer sur nos projets, des lendemains de fêtes difficiles…


Bref au final, le résultat de toutes ces actions est inconfortable (pas l’action en elle-même mais le résultat moyen/long terme).


Du coup, il semblerait que l’on va être condamné à ressentir de l’inconfort, alors la question n’est pas comment éviter l’inconfort mais plutôt quel inconfort est-ce que je choisis ?


3c- Nos émotions utiles


Plutôt que de se demander est-ce que je veux ressentir cette émotion, nous devrions plutôt nous demander est-ce que cette émotion m’est utile ?

Nos émotions aussi désagréables soient-elles peuvent être utiles. Ressentir du stress avant un rendez-vous important peut nous être utile, c’est ce qui va nous permettre de nous y préparer.


Ressentir de la colère lorsque quelqu’un franchit nos limites peut également être utile pour nous permettre d’apprendre à poser nos limites.


La question à se poser face à nos émotions devrait donc plutôt être, est-ce utile ?


4- Manger ses émotions


4a- L’alimentation émotionnelle


L’un de nos moyens préférés (surtout si tu lis cet article) pour fuir nos émotions désagréables, c’est de manger !


Manger est souvent un moyen de nous donner du plaisir là où l’on sent une émotion désagréable pointer le bout de son nez.


C’est facile, accessible et nous avons l’habitude de le faire, du coup, nous n’avons pas à faire face à nos émotions, par contre, les conséquences vont souvent être que nous allons prendre du poids et au final l’inconfort que l’on voulait éviter est juste remplacé par l’inconfort de vivre dans le corps que nous avons.


4b- Arrêter de manger ses émotions


Arrêter de manger ses émotions et accepter de les ressentir, c’est l’occasion de grandir et d’avancer dans notre vie.


Nos émotions ont un message à nous faire passer, si nous arrêtons d’essayer de les faire taire et que nous les écoutons, nous pourrons avancer dans notre vie et arrêter de nous retrouver coincés dans des comportements que l’on ne veut plus.


Manger ses émotions est un cadeau, cela vient nous indiquer qu’il y a quelque chose de plus profond qui se joue pour nous et cela nous permet d’aller regarder ce qui est vraiment important pour nous.


Le problème n’est jamais l’alimentation mais plutôt ce qui nous pousse à utiliser l’alimentation pour ne pas ressentir. Manger est le symptôme, écouter l’émotion nous permet de trouver la cause.


Les émotions n’ont donc pas à être nos ennemies mais peuvent devenir nos alliées, elles peuvent devenir notre chance de grandir et d’avancer, notre passeport vers la vie que l’on désire et mieux encore notre passeport vers une relation à la nourriture apaisée et une perte de poids !


L’erreur que nous avons tous faite à un moment c’est de foncer tête baissée dans un régime qui ne prend pas en compte nos émotions. La prise de poids est le symptôme, la fuite de nos émotions en est la cause.


Pour perdre du poids durablement, il ne suffit pas de traiter le symptôme, il faut s’attaquer à la cause, la regarder en face, l’apprivoiser et la laisser nous faire évoluer.


J’ai créé une petite formation gratuite : 3 clés pour perdre du poids durablement (et se lâcher la grappe), je te partage les 3 clés qui sont pour moi la base d’une perte de poids et d’une relation apaisée à l’alimentation.


Si vous aimez les podcasts, filez découvrir le mien !


17 vues0 commentaire