• Hortense

On nous a menti avec les calories 😱

Vous vous êtes sûrement déjà demandés comment c’était possible que vous démarriez un régime, motivés comme jamais avec toute la détermination du monde.


Les kilos s’envolent, vous êtes aux anges (même si le blanc de poulet/broccoli 3 fois par semaine commence un peu à vous faire tirer la tronche).


Et puis la perte de poids ralentit, vous avez faim, vous résistez mais vous commencez à voir les kilos s’envoler beaucoup plus difficilement qu’avant et arrive le premier plateau !


On vous dit que c’est normal, on vous invite à réduire la quantité de broccoli/blanc de poulet, à redoubler d’efforts, on vous explique que comme vous avez perdu, vous avez moins de besoins et du coup c’est « normal », sauf que vous crevez la dalle et que vous commencez à en avoir marre !


Alors vous craquez, de plus en plus, vous commencez à reprendre le poids perdu et puis vous vous dites « foutu pour foutu » et vous continuez à manger, du chocolat, des gâteaux, tout ce que l’on vous a empêché de manger pendant ce régime.


Et un matin vous êtes passé de – 10 kilos à + 20 kilos et vous décidez de vous reprendre en main et vous changez de régime car le premier n’était clairement pas le bon !



Et c’est reparti pour un tour…

Ca vous parle ?


Lisez la suite 👇


1- Les hormones


1.a - Les hormones de la faim et de la satiété


Notre corps est une machine incroyable et les hormones permettent à la machine de fonctionner.


Concernant l’alimentation je vous en présente 3 :


  • La ghreline, hormone de la faim, produite par l’estomac, celle qui va indiquer à votre cerveau qu’il est temps d’aller chercher à manger.


  • La leptine, hormone de la satiété, produite par les cellules adipeuses (le gras quoi) et qui va indiquer à votre cerveau qu’il n’y a plus besoin de manger.


  • L’insuline, hormone produite par le pancréas et qui va s’occuper d’amener le glucose (le sucre) apporté par l’alimentation au niveau des cellules et une fois que les cellules en ont assez, qui va aller stocker l’excès dans le foie pour une utilisation à court terme et dans les tissus adipeux (le gras) pour une utilisation long terme.


Tout cela est géré par l’hypothalamus (une partie de notre cerveau).


1.b - Fonctionnement de l’insuline, de la leptine et de la ghreline


Lorsque notre corps a besoin d’énergie, l’estomac va envoyer un message à l’hypothalamus via la ghreline (hormone de la faim) pour nous mettre en route vers de la nourriture.



Nous allons manger, les aliments ingérés vont faire augmenter le taux de glucose (sucre) que l’on a dans le sans et le pancréas va sécréter de l’insuline.


L’insuline va amener le glucose au niveau des cellules puis stocker l’excédent dans le foie puis dans les tissus adipeux.


Lorsque les réserves sont pleines, les tissus adipeux produisent la leptine qui vient annoncer au cerveau qu’il est temps d’arrêter de manger.


Tout ça c’est quand le corps fonctionne parfaitement normalement et qu’il n’y a aucun souci !


1.c - Stocker ou déstocker, il faut choisir !


L’insuline est une hormone de stockage donc, elle va s’occuper de stocker l’excès de sucre que nous avons et pour cela elle le transforme en glycogène pour le foie et en graisse pour les tissus adipeux.


Tant que notre taux d’insuline dans le sang est élevé, on va être en mode stockage et l’on ne pourra déstocker que lorsque le taux d’insuline va descendre.


Si nous mangeons une alimentation particulièrement impactante sur le fait de sécréter de l’insuline (sucres raffinés, aliments transformés) et que nous grignotons toute la journée (on produit alors de l’insuline un peu tout le temps), notre taux d’insuline reste élevé dans le sang et nous n’allons que stocker.


Et s’il n’y a plus rien à stocker mais que l’insuline est toujours élevée, notre corps va réclamer à nouveau de la nourriture car il n’est pas en mesure d’aller chercher dans les réserves.


D’où cette phrase d’Obélix « l’appétit vient en mangeant ».


Plus on mange, plus on a d’insuline, plus on veut manger car le corps ne peut stocker et déstocker en même temps et tant que le taux d’insuline est élevé, il stocke !


1.d - L’insuline en prem’s


Vous l’avez compris, on ne peut stocker et déstocker en même temps et l’insuline joue un rôle crucial là-dedans.


Du coup, si l’on a trop d’insuline, notre corps réclame de la nourriture beaucoup plus souvent car il ne peut pas aller chercher dans les stocks donc on a envie de manger tout le temps et nos cellules adipeuses n’arrivent pas à informer le cerveau via la leptine que les réserves sont pleines.


En fait l’insuline vient bloquer le fonctionnement de la leptine et l’empêche de s’exprimer, le cerveau ne nous fait donc plus ressentir la satiété et on peut « manger sans faim/fin » !


Des taux élevés d’insuline permanents empêchent donc le fonctionnement « normal » de nos hormones de faim et de satiété et on se retrouve à vouloir manger en permanence et à ne plus ressentir quand c’est le moment d’arrêter.


Le résultat je vous le donne en mille : on prend du poids !


2- Les régimes hypocaloriques dans tout cela ?


Quand on comprend tout cela et le rôle de nos hormones, on comprend que cette histoire de perte de poids n’est en fait pas un problème de calories mais d’insuline (entre autres) !


Si je mange 2000 calories de nutella par jour VS 2000 calories d’avocats, de légumes, de viandes et autres, je peux vous assurer que je ne ferai pas le même poids (j’ai testé ! 45kg de gagnés avec une alimentation quasi exclusive en chocolat et sucreries, ne me remerciez pas d’avoir utilisé mon corps pour la science 😂).


2000 calories de nutella c’est du sucre donc c’est beaucoup d’insuline dans le sang et donc c’est du stockage assuré et en plus mon corps ne sera pas satisfait une fois le glucose épuisé car mon taux d’insuline restera élevé et donc il va m’inciter à manger encore et encore car il ne peut pas déstocker.


3- La solution


La solution n’est donc pas du côté des calories mais du côté de l’insuline.


Les aliments et comportements alimentaires qui font particulièrement augmenter nos taux d’insuline sont les sucres raffinés, les produits transformés et notre propension à manger trop souvent et grignoter la plupart du temps.


Pour baisser dans un premier temps notre taux d’insuline, on peut diminuer drastiquement voire supprimer les aliments transformés et les sucres raffinés.


Mais comme de toute façon, tous les aliments font lever l’insuline, on peut aussi et surtout manger moins souvent, avoir des périodes de jeûne intermittent qui vont donner une chance à notre taux d’insuline de diminuer et donc d’aller déstocker.


En plus, avec moins d’insuline, nos hormones de faim et de satiété peuvent à nouveau fonctionner normalement et on retrouve enfin la vraie faim et la vraie satiété ce qui rend le processus de manger quand on en a besoin et de s’arrêter quand ça n’est plus nécessaire beaucoup plus facile !


Voilà de manière très synthétique comment notre corps fonctionne et comment les régimes hypocaloriques agissent en fait contre la volonté de notre corps qui vient les mettre en échec.



Si vous voulez être accompagnés pour perdre du poids sans refaire un énième régime et en tenant compte du fonctionnement de vos hormones mais aussi et surtout du rôle de vos émotions, je suis en train de créer un programme de coaching qui alliera les deux et vous pouvez vous inscrire sur la liste d’attente. Le programme sortira début janvier 2021 et les places seront très limitées.


Et si vous voulez rigoler le mercredi et m’entendre vous conter ces histoires de calories et d’insuline directement dans vos oreilles, abonnez-vous à mon podcast !

43 vues0 commentaire